• Présentation du CIPA
P

ar arrêté portant transformation des Centres d’Initiation Horticole (CIH) en Centre d’Initiation et de Perfectionnement dans les métiers de l’Agriculture (CIPA) en septembre 2015.

Le CIPA de St Louis est un établissement public de formation créé en 1962/1963 et rattaché au Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural. Il présente l’avantage d’être situé dans une zone de forte production horticole (vallée du fleuve Sénégal, Delta du fleuve. Il est localisé dans le département de Saint Louis au quartier Cité Niakh, non loin du jardin d’essai de L’ISRA de Saint Louis.

  1. Les objectifs du CIPA de St Louis

Le CIPA de St Louis a pour objectifs de :

  • dispenser aux jeunes, une formation susceptible de favoriser leur insertion dans le circuit productif ;
  • Assurer un perfectionnement aux professionnels de l’agriculture en vue de leur permettre de satisfaire aux nouvelles exigences du métier (compétitivité, concurrence) ;
  • Doter les producteurs de base d’un savoir-faire pratique et de capacités organisationnelles leur permettant d’être plus performants.

 

  1. La vocation du CIPA

Les CIPA ont pour missions :

  • La formation initiale des jeunes scolarisés ou déscolarisés, âgés entre 15 et 30 ans, sachant lire, écrire et parler dans la langue française ;
  • La formation continue et le perfectionnement des exploitants agricoles ou toutes personnes désireuses de s’installer ou de s’insérer dans les activités de production, de transformation ou de commercialisation de produits agricoles ;
  • Le recyclage des techniciens d’encadrement, des ouvriers agricoles, et de tout autres acteur évoluant dans l’agriculture ;
  • L’animation, l’accompagnement et l’appui-conseil des organisations de producteurs et ruraux.
  1. Les Secteurs d’activités du CIPA de St Louis

Les activités des CIPA sont structurées en cinq axes :

  • Un Axe « Formation Initiale des jeunes » ;
  • Un Axe « Perfectionnement des Agriculteurs et ouvriers agricoles » ;
  • Un Axe «  Formation Continue des techniciens et ouvriers agricoles » ;
  • Un Axe « Appui-conseil et Accompagnement » des Organisations de Producteurs, des entreprises agricoles et des exploitations familiales ;
  • Un Axe « Relations extérieures et Partenariats » avec les sortants, les acteurs locaux et la coopération internationale.

 

Le CIPA de St Louis s’active dans le maraichage, l’arboriculture, les espaces  verts, l’agriculture durable et l’entreprenariat. Les infrastructures du centre sont constituées d’un (01) centre d’application s’étendant sur un titre foncier de 0,8 ha constitué de :

  • une salle de classe ;
  • un système goutte à goutte de 1000 m2 ;
  • un carré pour culture maraichère ;
  • un carré pour arboriculture fruitière ;
  • Une combrière pour la floriculture ;
  • Un terrain de 1200 m2 abritant :
    • 1 bâtiment administratif de 368 m2 ;
    • 1 unité de biogaz pour la production de gaz et de compost ;
    • 1 mini forage équipé d’une pompe immergée et de 5 panneaux solaires.

 

  • Diagnostic de l’environnement interne du CIPA de St Louis
L

’analyse des réalités actuelles du CIPA de St Louis a permis d’apprécier (i) les réalisations récentes, (ii) les changements majeurs intervenus, (ii) les contraintes et obstacles et (iv) les défis de l’environnement.

 

  1. Réalisations récentes dans l’environnement du CIPA

Dans le cadre des réalisations récentes des trois dernières années, on peut noter :

  • Le développement d’un partenariat avec des visites d’échanges, une mise en position de stagiaires, la formation avec SYNAPS center, volontaires Koïca, l’association AJE …);
  • L’acquisition d’un motoculteur, d’un tricycle et d’un panneau solaire ;
  • La création d’une zone d’aménagement avec la DRDR et l’UGB;
  • La réalisation d’une étude diagnostic stratégique du CIPA ;
  • L’insertion de jeunes sortants dans la filière horticole;
  • L’acquisition de terre en partenariat avec la DRDR;
  • L’introduction de nouveaux modules de formation;
  • L’installation d’un second réseau d’irrigation;
  • L’intégration des bacheliers dans la formation;
  • La génération de ressources additionnelles;
  • La confection de tenues pour les élèves;
  • La création d’une seconde ombrière.

 

  1. Les changements majeurs dans l’environnement du CIPA

Dans le cadre des changements majeurs des trois dernières années, on peut noter :

  • Une nouvelle orientation avec le changement de statut de CIH au CIPA;
  • La mise en place de nouvelles compétences sur le marché du travail;
  • La diversification des pratiques culturales avec les motoculteurs;
  • L’augmentation du personnel en août 2017;
  • La multiplication profil des apprenants;
  • L’amélioration de la coopération;
  • La réduction du temps de travail;
  • L’autonomie partielle en eau.

 

  1. Les contraintes et obstacles dans l’environnement du CIPA

Dans le cadre des contraintes et obstacles rencontrés des trois dernières années, on peut noter :

  • L’absence d’une administration structurée et d’une cellule de communication;
  • La disparité des statuts du personnel d’où la démotivation;
  • La faiblesse de la formation en arboriculture fruitière;
  • L’insuffisance des ressources humaines qualifiées;
  • L’insuffisance des infrastructures d’accueil;
  • Le déficit d’infrastructures et équipements;
  • Le caractère discriminatoire du concours;
  • La diversité des niveaux des apprenants;
  • L’insuffisance de matériels modernes;
  • L’étroitesse et la vétusté des locaux ;
  • L’étroitesse du terrain d’exploitation;
  • L’absence d’un personnel d’appui;
  • La faible motivation des élèves;
  • La visibilité réduite du CIPA;
  • Absence de logistiques.

 

  1. Les défis du CIPA

Dans le cadre des défis à relever, on peut noter :

  • La vocation de la région qui est essentiellement agricole avec des ressources naturelles et un environnement favorable (zone de production agricole et horticole);
  • La présence au niveau régional d’un réseau de partenariat naturel du secteur avec GDS, SCL, PDIDAS, etc. ;
  • L’exploitation adéquate du cadre politique et institutionnel favorable (PSE, PRACAS, PPP);
  • L’élargissement du partenariat avec la présence des PTF (Koica, Jica, Lux dev,) et la proximité des structures d’encadrement et de recherche (ISRA, SAED, DRDR,);
  • La forte demande de formation initiale et continue à St Louis dans les domaines de compétence du CIPA;
  • La satisfaction de la demande des sociétés d’agro-business en plein essor dans la zone;
  • La possibilité de mise en place d’un fonds d’appui aux élèves;
  • La signature de conventions avec les sociétés agrobusiness;
  • La possibilité de s’ouvrir au CAPadapté aux réalités ;
  • La possibilité d’accueillir plus d’élèves;
  • Le développement de ZAP délocalisée.

 

  1. Les forces du CIPA

L’analyse a montré que le CIPA de St Louis recèle de réelles forces qui se résument ainsi :

  1. La présence de ressources humaines compétentes pour la recherche et la diversification du partenariat;
  2. La bonne gestion des ressources additionnelles avec la coopérative scolaire gérée par les élèves ;
  3. La bonne capacité managériale du directeur marquée par une bonne organisation interne ;
  4. La capacité d’orientation et d’appui à l’insertion des apprenants;
  5. La bonne capacité de génération de ressources additionnelles;
  6. Existence d’un service administratif, comptable et technique;
  7. La claire répartition des tâches entre le personnel;
  8. Le professionnalisme de l’équipe de formation;
  9. La bonne planification des programmes.

 

  1. Les faiblesses du CIPA

L’analyse a montré que le CIPA de St Louis a aussi des faiblesses qui se résument ainsi :

  1. La difficulté liée à la double signature qui ne facilite pas la mobilisation rapide des fonds ;
  2. L’insuffisance du budget du CIPA avec la difficulté de sa mobilisation à temps ;
  3. L’insuffisance des infrastructures et équipements etdu matériel pédagogique;
  4. La difficulté de respect du calendrier de planification;
  5. L’inexistence d’une cellule de partenariat;
  6. La différence de statut des formateurs;
  7. L’absence d’un organigramme officiel.

 

  • Diagnostic de l’environnement externe du CIPA de St Louis
L

’analyse de l’environnement externe du CIPA de St Louis a permis d’apprécier (i) les opportunités et (ii) les menaces.

 

  1. Les opportunités dans l’environnement du CIPA de St Louis

L’analyse a montré que le CIPA de St Louis a des opportunités dans son environnement qui se résument ainsi :

  • La proximité avec les services techniques et les instituts de développement et de recherche (ISRA, DRDR, SAED, etc.) ;
  • La possibilité d’insertion des élèves sortants avec la présence de sociétés agro-business et une zone agricole favorable ;
  • Une forte demande de renforcement de capacités dans la zone nord et dans la sous-région ouest africaine ;
  • La possibilité de développement d’autres filières de formation dans le secteur ;
  • Un cadre politique et institutionnel favorable avec le PSE, le PRACAS, etc.;
  • Une zone de production agricole qui est favorable dans la région ;
  • L’appui du BFPA et du MAER ;
  • Le partenariat avec les CL ;
  • L’appui des PTF.

 

  1. Les menaces dans l’environnement du CIPA de St Louis

Les menaces sont constituées par les phénomènes institutionnels perturbant de l’environnement et pour lesquels le centre dispose peu de capacités pour atténuer leurs impacts ou effets sur sa viabilité. Parmi ces phénomènes on peut citer :

  • l’instabilité institutionnelle des Centres ;
  • le statut disparate et précaire des formateurs ;
  • la prolifération des centres de formation sans aucune harmonisation des programmes, de la pédagogie et des conditions de certification ;
  • le défaut d’harmonisation du texte du CAP ;
  • l’existence d’une concurrence dans le secteur ;
  • la transition du CIH au CIPA.