Formation & insertion de 36 jeunes vulnérables de Saint- Louis à l’horticulture : L’Association Jeunesse Espoir et l’organisation anglaise Aspyre Africa injectent 25 199 660 F CFA.

L’Association Jeunesse Espoir de Saint-Louis du Sénégal et l’Organisation anglaise Aspyre Africa, dans le cadre de leur partenariat pour une lutte efficace contre le chômage et la pauvreté des jeunes à Saint-Louis du Sénégal en Afrique de l’Ouest, ont démarré depuis 2016 un programme de formation et d’insertion socio-professionnelle et économique pour des jeunes en situation de vulnérabilité en injectant 25 199 660 CFA.

Ce programme pilote a pour but ultime d’apporter une réponse efficace via une nouvelle approche à des problèmes chroniques et persistants que constitue le chômage et la pauvreté des jeunes, exposant ces derniers à une extrême vulnérabilité, à l’immigration clandestine, au désœuvrement, à la délinquance juvénile, aux propagandes djihadistes, etc.
Avant le démarrage de ce programme, une analyse de marché dans la vallée du fleuve pour déceler les meilleures opportunités dans les différents secteurs d’activités économiques dans cette zone afin de promouvoir une formation des jeunes vulnérables dans les métiers d’avenir, a été opérée par l’AJE et Aspyre Africa.

Les résultats de cette analyse ont révélé la prédominance des secteurs d’activités suivants dans la région du fleuve Sénégal (régions de Saint-Louis et Matam) : l’Agriculture, la Pêche, l’Elevage, le Commerce et l’Artisanat. De tous ces secteurs susmentionnés, l’Agriculture occupe de loin la première place offrant des possibilités d’emplois et de développement considérables.
C’est en se basant sur ces résultats probants que l’AJE et Aspyre ont décidé de se focaliser sur un programme de formation et d’insertion professionnelle des jeunes vulnérables orienté vers les métiers liés à l’agriculture.

La formation en Horticulture pour les jeunes vulnérables demeure un choix plus que pertinent dans le contexte géographique de la vallée du fleuve Sénégal où l’agriculture occupe une place privilégiée, mais aussi un choix qui entre en droite ligne avec la politique de l’état à travers le Plan Sénégal Emergent dont la colonne vertébrale est l’agriculture et le développement du capital.

A cet effet, 36 jeunes vulnérables dont 20 jeunes talibés ont pu bénéficier d’une formation de 10 mois en horticulture au CIPA de Saint-Louis et de 2 mois de formation en entreprenariat avec le responsable de programme de l’AJE.

La première cohorte ayant terminé leur formation en Février 2017, grâce à un partenariat de coopération avec l’Université Gaston Berger, les 16 jeunes ont pu être insérés dans une exploitation de 2 hectares mis à leur disposition par l’UGB pour une durée de 2 ans.